J’ai participé au championnat de France Espoirs Équipage Solitaire 2019

J’ai participé au championnat de France Espoirs Équipage Solitaire 2019

août 26, 2019 0 Par Louan

J’ai pu participer du 24 au 30 août 2019 au championnat de France Espoirs Équipage Solitaire 2019 en 420 à Brest. Si tu souhaites suivre mes résultats durant cet événement alors tu es au bon endroit. En réalité la course s’est déroulée du 26 au 30 août, le samedi 24 était réservé pour les inscriptions et le dimanche se passait une course d’entraînement. Cette article est écrit sous forme de rapport, ce qui change un peu des autres aventures que j’ai pu écrire. Mais ne t’inquiète pas, tu t’y retrouveras.

Pour ceux qui ne le savent pas, nous sommes à ce championnat de France espoirs équipage solitaire 2019 pour le plaisir et aussi pour acquérir de l’expérience. Nous savons que nous n’avons pas le bateau et le matériel nécessaire pour pouvoir nous confronter à la majorité de la flotte. Nous naviguons avec un 52000, un bateau de 2005 qui a fait son temps. Peut-on préciser aussi que ce bateau a été élu le moins récent de toute la flotte. Nous ne sommes donc pas là pour faire des miracles, nous avons connaissances de l’état de notre matériel. On aura quand même fait de notre mieux durant cette régate.

championnat de france espoirs equipage solitaire 2019

>>> UNE DE MES DERNIÈRES AVENTURES : J’AI FAIT LES 24 HEURES DE LA VOILE 2019 (22 HEURES EN RÉALITÉ)

Jour 1 du championnat de France Espoirs Équipage Solitaire 2019 : 3 manches validées

Une première journée plutôt difficile qui a débuté avec un vent très faible et donc avec un retard d’une demi-heure (normalement prévu à 11h10 pour notre série).

Sans grande surprise mon équipier Alan et moi sommes très rapidement distancés par la grande majorité des bateaux!

La première manche se passe bien avec un départ correct milieu de ligne – comité avec un choix des options assez hasardeux dû à notre faible connaissance du plan d’eau. On arrive cependant à mettre une dizaine de bateaux derrière nous. Même si on perd quelques places au portant avec notre spi en moyen état, on termine 27ème sur 33 au classement garçon soit 37ème sur 50 au classement général.

La seconde est plus compliquée avec un départ totalement… loupé! On a essayé de se faire une place entre deux bateaux qui à notre plus grand malheur, se connaissaient. Ils se sont donc entraidés pour nous bloquer le passage alors qu’on était déjà bien engagé. Ajoutons à cela une mauvaise option au près et cela donne… la 48ème place sur 50! Soit plus ou moins la dernière position! Adieu le joker!

Pour finir, la troisième manche se déroule comme la première. Le départ est par contre vraiment moyen, nous n’arrivons pas à trouver de l’air frais rapidement, ce qui est primordial en principe dans ces conditions. Cependant, le choix des options est bien meilleur grâce aux conseils de l’entraîneur du pôle espoir de Brest, on arrive à jouer avec le courant (qui s’est inversé entre les deux manches) et les flux d’air. Au final nous terminons la manche 27ème sur 33 soit 41ème sur 50.

Nous sommes actuellement 30ème au général garçon sans grande surprise. On pense pouvoir quand même remonter à la 25ème position et se sera notre objectif pour le restant de la semaine.

Pour ceux que ça intéresse, voici nos réglages : -> 6m08 de quête -> 30 de tension -> Pied de mat reculé -> 3 cales de 2cm de largeur chacune et contre-écoute ; Précisons que nous pesons près de 115kg.

>>> À VOIR AUSSI : “5 RÉFLEXES A ADOPTER SUR L’EAU JUSTE AVANT UN DÉPART”

Jour 2 (3 manches) : “la galèèère”

Malheureusement la seconde journée n’était pas fameuse non plus! Pour ne pas dire pire. Pourtant, nous étions plus motivé que jamais pour remonter jusqu’à notre objectif, c’est-à-dire la 25ème position. Avec des conditions faibles annoncées (5-6 nœuds), nous sommes parti sur l’eau avec le même réglage (voir plus haut), et nos premiers Speedtest semblaient très prometteurs.

Pour la première manche le comité est obligé de lancer deux rappels généraux (un aperçu puis un 1er substitue) à cause du courant qui poussait les concurrents aux dessus de la ligne. Heureusement pour nous puisque ce n’était pas nos meilleurs départs…

Et c’est sur un bon départ que nous commençons cette première journée. Nous trouvons rapidement de l’air frais et nous jouons l’option qui paie. Premier relevé : 23ème à la bouée au vent. Et durant la descente, grosse molle, notre vieux spi n’est même plus capable de tenir gonflé. C’est ici qu’on sent que le matos à de l’importance :

Nous sommes le seul équipage qui n’avait plus le spi gonflé! Cela a duré 5 minutes!

Et c’est là qu’un gros paquet (environ 15 bateaux) attrape une risée à tribord et nous passe dessus en l’espace d’une minute. Un massacre. Le mental à zéro : nous terminons finalement 45ème sur 50.

La deuxième manche et la troisième manche sont elles aussi désastreuses. Pour la seconde manche nous ne parvenons pas à trouver de l’air frais sur le départ ce qui nous retarde sur notre projet. Nous enchaînons les mauvais empannages sous spi et l’option droite au près était mauvaise (à cause d’une bascule à gauche de 30°). Nous finissons 45ème également.

Pour la troisième nous décidons de changer de réglage en voyant le vent monter. Malheureusement nous sommes rattrapé par le temps et nous n’avons pas eu le temps de tester correctement notre réglage : Nous ne faisons plus de cap et le bateau n’a plus aucune relance dans la vague. Nous essayons de reprendre un peu de tension mais ce n’est pas suffisant, nous ramassons les bouées pour au final terminer 46ème.

Nous étions dans la troisième manche dans 9 nœuds avec le réglage suivant : 6m03 de quête, 30 de tension (et plus après), avec un pied de mat milieu reculé. C’est un mauvais réglage pour notre poids : le bateau n’a pas assez de puissance par rapport à notre poids.

C’est avec le mental au plus bas que nous nous préparons pour demain. Même si après tout nous savons que nous sommes capables de bien mieux, c’est bien le matériel qui nous handicap. Mais nous ne perdons pas notre temps puisque nous apprenons de nos erreurs et on progresse plus que jamais. On a aussi les conseils de René, l’entraîneur de Pôle France de Brest qui nous donne plein de conseils qui nous servirons pour la suite des événements.

Pour plus de photos, rendez-vous sur la page Facebook du Championnat de France Espoirs équipage solitaire 2019. Si tu veux suivre l’aventure en direct, tu peux retrouver régulièrement des photos sur la Story du compte Instagram de Passion Voile.

Jour 3 : Une meilleure journée!

Ce troisième jour était plus intéressant que les précédents. En effet, sous 15 nœuds avec des rafales atteignant une vingtaine de nœuds, nous avons eu la possibilité de jouer plus proche des autres durant les 3 manches courues aujourd’hui.

La première manche débute avec un départ très moyen (ça commence à devenir une habitude pour nous…). Nous prenons la bonne option au près mais notre bateau à eu beaucoup de mal à passer les vagues et je n’abattais pas suffisamment pour lancer le bateau. Après 35 minutes de manche intensives, nous terminons 44ème sur 50.

Pour la seconde manche nous réalisons le PIRE départ de toute notre histoire en 420. Nous essayons de nous placer en retard sur la ligne de départ (moins d’une minute) et nous nous retrouvons bloqué en marche arrière au top départ :

C’est horrible de voir une ligne de bateau avancer alors qu’on est en train de reculer 20 mètres derrière. On a l’impression qu’ils partent à une vitesse hallucinante. C’est très dur pour le moral…

Au moins, nous avons du vent frais pour partir… Comme nous étions dernier, nous avons décidé de jouer le contraire des options prises par les gros pelotons. À notre plus grande surprise, nous arrivons à remonter une dizaine de bateau grâce à cette technique. Après une longue période d’acharnement (le pumping était autorisé sur cette manche et nos bras et nos abdos l’ont senti passer…), nous décrochons la 38ème place sur 50! C’était notre plus belle performance depuis la première manche lundi où nous terminions 37ème.

Durant la préparation pour la troisième manche nous nous entraînons brièvement à tenir sur la ligne de départ. Marche arrière avec coup de barre à contre, coup de relance pour se lancer, etc… nous tentons le troisième départ avec notre technique plus affinée.

Et ça paie! Nous ne sommes toujours pas très bien lancé sur la ligne de départ mais nous arrivons rapidement à trouver de l’air frais. Malheureusement au prix de la bonne option. Pour rester avec de l’air frais, nous sommes obligé de prendre l’option de droite. Ainsi nous devons subir le courant et nous avons surtout moins d’air qu’à gauche. Nous commençons également à nous essouffler physiquement (Alan étant malade, il se fatigue très vite). Nous réalisons une redescente moyenne avec des surfs moins réguliers tout comme le pumping et nous finissons au final 43ème. Ce n’est pas aussi mauvais qu’hier mais nous restons un peu sur notre faim.

finissons au final 43ème, ce qui n’est pas aussi mauvais qu’hier mais nous restons un peu sur notre faim.

Cette troisième journée nous permet de gagner… une seule place! La place que nous avions perdu le jour d’avant. Malheureusement l’écart commence à vraiment se creuser avec les bateaux aux-dessus et l’objectif semble plus dur que jamais à atteindre. Nous allons continuer à tout donner pour remonter le plus possible.

>>> À LIRE AUSSI : “J’AI FAIS LES 24 HEURES DE LA VOILE 2019”

Jour 4 : L’attente éternel pour au final des conditions idéales!

Le quatrième jour était un peu particulier puisque le départ a été retardé rapidement de deux heures. Pourquoi? Eh bien puisque les prévisions annonçaient pas moins de 2 nœuds toute la matinée. Nous avons donc du attendre le thermique pour pouvoir partir sur l’eau avec 8 à 10 nœuds vers 14h. L’attente était interminable! Mais nous nous y attendions puisque les prévisions étaient assez unanime depuis quelques jours sur ce jeudi 29 août.

Malgré l’attente, nous avons quand même réussi à faire 3 manches. La première manche est arrivée rapidement. Tellement rapidement que nous n’avons même pas eu le temps de tester la ligne et de repérer les options favorables.

Nous prenons un premier départ très moyen (c’est devenu une habitude on dirait…) et nous n’arrivons pas à nous mettre réellement dans la compétition durant les 3/4 de la manche… On était encore dans l’esprit d’attente et de jeu lors du lancement de la manche dû à l’attente. Nous terminons sur celle-ci 45ème, un chiffre malheureux pour une première manche qui met directement un coup au moral.

La seconde manche était très particulière. Nous arrivons à prendre un bon départ, même si nous nous faisons rapidement couvrir par ceux qui étaient sous notre vent au départ dû au fait qu’on nous ne sommes pas arrivé à nous lancer rapidement sur la ligne. Nous prenons l’option gauche pour éviter le courant élevé même avec un vent forcissant et ça a plutôt bien payé dans l’ensemble. Notre grosse erreur se situe sur le choix du dernier bord. Nous nous sommes placé très haut sur le cadre sur bâbord, et nous nous apercevons rapidement que nous allons subir la fumée de tous les bateaux qui redescendent sous spi. Mais nous n’imaginions pas à quel point cela allait nous handicaper…

Nous avons été presque immobilisé au près sous 10 nœuds à cause de la fumée des autres bateaux. Le pire dans tout ça a été de voir la dizaine de bateau qui étaient derrière nous nous dépasser en l’espace de deux minutes..

Championnat de france Espoirs équipage solitaire 2019
Championnat de france Espoirs équipage solitaire 2019 – jour 4

Après un acharnement pour récupérer nos places, nous arrivons à nous rapprocher des bateaux très rapidement mais pas suffisamment pour rattraper nos places du début de manche. Nous terminons finalement avant-dernier, ce qui fût donc notre pire manche. C’est donc celle-ci qui sera supprimée de notre classement général.

La troisième manche était beaucoup plus intéressante que celles d’aujourd’hui et d’hier. Nous avons pu notre confronter à plus de bateaux et on se sentait vraiment dans la compétition. Le matériel ne semblait plus nous handicaper. Après un premier rappel général, la manche se lance sous black avec déjà 5 BFD (Black Flag Discalificated), soit 5 concurrents de moins. Nous étions dans nos conditions idéales, environ 12 nœuds, un vent plus stable, parfait pour notre réglage :

-> 6m03, 31 de tension, pied de mat milieu, 2 cales de 2cm et de la contre-écoute.

Le mieux dans cette manche a été de pouvoir se caler au trapèze+rappel en régulant à l’écoute. Nous avions une power de fou avec un bon gain au vent par rapport aux autres. C’est ce qui nous a permis de gagner des places au près sur le cadre. Nous finissons la journée avec une manche de 38ème, mais nous perdons quand même une place au classement général.

C’était l’avant dernier jour du Championnat de France Espoirs Equipage Solitaire 2019. Demain nous courrons une dernière manche à partir de 15 heures. Les dix premiers quant à eux courrons la medal race, une course à la médaille où les points compterons double. Espérons que le vent sera plus clément que ce qui est annoncé dans les prévisions (4-5 nœuds), sinon ce sera la fin de ce championnat. Championnat qui aura quand même été éprouvant aussi bien physiquement que mentalement!

Qu’est-ce qu’une medal race ? Il s’agit en fait d’une manche dans laquelle les dix premiers s’affrontent. Les points durant la manche comptent doubles, elles est donc d’autant plus importante pour espérer décrocher le titre de champion de France espoir.

La medal race est donc réservé aux dix premiers du classement général. Et vu que j’étais 30ème, eh bien… voilà. Bref. Ceux qui ne sont pas qualifié pour la medal race participent à ce qu’on appelle une manche de qualification, plus couramment appelé … Loser Race, classe hein? Cette loser race est simplement une course classique sans les dix premiers. On a donc plus de places sur la ligne. Cette course compte dans le classement général et permet en quelque sorte de fixer les scores et les places.

De manière générale cette dernière manche s’est bien passée. On a réussi à prendre un départ lancé, même si on arrive toujours rapidement dans la dévente du bateau qui était sous notre vent au départ. On a pu rapidement trouver de l’air frais pour réaliser notre projet. Nous arrivons avec une dizaine de bateau à la bouée au vent mais à cause d’un problème de drisse nous sommes obligé de laisser quelques bateaux passer devant… Nous terminons cette dernière manche 45ème.

Pour conclure ce championnat de France

Pour conclure ce dossier sur le championnat de France je dirais que nous avons prit énormément de plaisir à participer à cette compétition. Durant toute la semaine nous avons progressé comme jamais. Même si nous n’avons pas gagné de places on note quand même que l’écart entre les bateaux devant nous se réduisait chaque jours! Ça devenait très intéressant à la fin puisqu’on pouvait jouer le marquage, les priorités et toutes les règles de courses qui rendent une régate trépidante! Sur ce genre de compétition il ne faut jamais dire que l’on perd notre temps si on ne fait pas de bonnes manches! Il faut savoir en tirer le bon côté pour progresser encore plus rapidement.

Nous savons que notre bateau n’était absolument pas adapté à ce genre de compétitions. Mais nous n’avons pas pour autant baissé les bras et nous sommes fier d’avoir joué le jeu jusqu’au bout!

Je remercie tous ceux qui nous ont soutenu durant ce championnat et j’espère que tu auras apprécié lire ce dossier en direct! N’hésite pas à me dire en commentaire si tu souhaites revoir des articles de ce genre! Je le referais avec plaisir! Si tu es nouveau par ici tu peux rejoindre la communauté de Passion Voile sur les différents réseaux sociaux comme Instagram, Facebook ou encore Twitter!