Comprendre les penons / faveurs de son bateau

Comprendre les penons / faveurs de son bateau

août 8, 2018 2 Par Louan

On apprend très vite à la voile l’existence et l’utilité des penons (ou faveurs) sur ses voiles. Mais leur fonctionnement reste, en réalité, un grand mystère pour la plupart des voileux.

Savoir lire les penons est essentiel pour avoir une bonne VMG au près, c’est-à-dire un bon compromis entre la vitesse, le cap et la dérive du vent. En fait, les penons nous montre comment le vent s’écoule le long des voiles, et peuvent en dire beaucoup quand aux problèmes de la voile.

Avant de parler des penons, il faut comprendre le principe des écoulements laminaires, qui sont responsables de notre vitesse.

Les écoulements laminaires

Par définition, lorsque le vent rentre en contact avec une voile, il est contraint de changer de direction et longe la voile. On parle d’écoulement laminaire. Il y aura ainsi une compression du vent (voir photo). Mais sous le vent de la voile, le vent s’écoule aussi pour pouvoir combler le vide provoquer par la voile. Il y a donc une dépression car le vent va chercher à remplir l’espace.

On suppose que le vent n’est pas déjà perturbé par le paysage. Donc imagine une mer d’huile sans terre à l’horizon.

Ce n’est pas le sujet de cette article mais c’est grâce à ces deux événements (compression au vent et dépression sous le vent) que se créer la force aérodynamique responsable de notre vitesse! Mais bon, n’allons pas trop vite, cela sera le sujet d’un prochain article (suis l’actualité du site sur la page Facebook!)

Les penons nous montre ces écoulements

Sur une voile, on peut trouver des penons à plusieurs endroits, au niveau du guindant, mais aussi juste après la chute. Au niveau du guindant, on retrouve un penon de chaque côté de la voile : l’intrados (intérieur, au vent, celui qu’on voit le mieux), et l’extrados (extérieur, sous le vent, celui qu’on voit derrière la voile).

De manière générale, les penons te permettent de savoir lorsqu’il est nécessaire de border, choquer, abattre ou lofer. Mais ils montrent aussi que la forme de la voile n’est pas optimisée et qu’il y a un réglage à faire. Mais cela dépend de plusieurs facteurs. Faisons du cas par cas.

>>> À LIRE AUSSI : À QUOI SERVENT LES RÉGLAGES RAPIDES ?

Penons intrados et extrados du guidant alignés au près

Au près, l’objectif pour avancer est d’avoir un bon écoulement laminaire le long des voiles. Ce qui signifie qu’il faut réduire au maximum les perturbations sous le vent de la voile et à son vent.

PENONS réglés 2

Ici, les penons intrados et extrados sont alignés, ont dit qu’ils flottent. Cela se traduit par un écoulement non-perturbé le long des voiles, on parle d’écoulement laminaire.

Penons intrados du guidant perturbés au près

Ce cas peut signifier deux choses au près :

  • Le foc n’est pas assez bordé, il faut ainsi le reprendre tout en faisant attention à bien régler la chute pour ne pas empêcher le vent de circuler.
  • Le bateau est trop près du vent, il faut donc abattre progressivement tout en gardant un œil sur le penon pour optimiser son cap. En plus des penons intrados qui sont perturbés, la voile peut parfois se gonfler dans le sens contraire (la compression ne l’a tendant plus). Donc la dépression pousse sur la voile sans être retenue.
penons intrados mal réglé
Les penons intrados sont perturbés, il faut abattre.

Si seulement le penon intrados du haut décroche, cela peut se traduire par une voile trop creuse en tête. Il faudra donc revoir la tension de l’étais (avec l’étarqueur en 420). Au contraire, si c’est l’intrados du bas qui décroche, c’est que la voile est trop creuse en bas : il faut revoir la bordure.

Penons extrados perturbés au près

C’est souvent le problème “préféré” des voileux, même si ça peut paraître paradoxal. Lorsque les penons derrière le foc ont tendance à tomber, c’est que la dépression ne se fait pas bien, il va ainsi falloir lofer progressivement pour réaligner les penons.

penons extrados mal réglé 2
Les penons extrados ont tendance à monter, il serait indulgent de voir si il est nécessaire de choquer un peu. Sinon, il faut lofer légèrement.

Si seulement le penon extrados du haut commence à décrocher, il faut revoir la tension de chute. Si c’est celui du bas qui décroche, c’est que la voile n’est pas assez creuse.

Le penons de chute

De manière générale, on peut trouver 3 penons au niveau de la chute (l’arrière de la voile). Ils permettent de visualiser l’homogénéité du profil de la voile.

Dans le medium et la brise, les penons doivent flotter dans la continuité de la voile. Si celui du haut à tendance à passer derrière, c’est que le vrillage (évolution du profil de bas en haut de la voile) est à revoir. Il faut choquer la voile progressivement jusqu’à ce qu’il s’aligne de nouveau.

Dans le petit temps, le penon supérieur doit être linéaire la moitié du temps, qui se traduira par une voile suffisamment creuse.

Si le penon du haut est le plus important, les deux autres permettent quand même de régler la forme de la voile. Si le penon supérieur est laminaire et que celui en-dessous est déventé, cela peut se traduire par une voile trop pleine.

Tu as une question particulière concernant les penons et leur fonctionnement? Alors n’hésite pas à la poser dans l’espace commentaire sous cet article. Tu peux aussi rejoindre la communauté des voileux en t’abonnant au compte Instagram de Passion Voile.