Progresser à la voile : 5 exercices de sensation #4

Progresser à la voile : 5 exercices de sensation #4

mars 29, 2020 2 Par Louan

Salut le voileux! Voici la 4ème édition tant attendue des “5 exercices pour progresser à la voile“! Pour cette édition j’ai décidé de te proposer 5 exercices de sensation.

Bien comprendre et savoir utiliser ses sensations est essentiel pour développer des automatismes et permettre une meilleure anticipation. Un exemple simple : J’ai la sensation que le bateau va gîter, je me sors rapidement au rappel, au trapèze ou je choque légèrement la voile.

Attention, certains des exercices de sensation (1, 3, 4) que je te présente aujourd’hui sont compliqués à réaliser, c’est pourquoi je te conseille fortement de ne jamais les reproduire seul.

1 – Naviguer les yeux bandés

Le premier exercice de cette édition n’est pas des plus simples. Il consiste ni plus ni moins à naviguer… à l’aveugle!

Mais ce n’est pas réellement à l’aveugle parce qu’en te privant de la vue, ce sont tes sensations qui vont te diriger. Quoi de mieux que de se mettre dans des situations embêtantes pour apprendre ?

Dans cette exercice, le but n’est pas de réaliser un parcours ultra compliqué avec des portes, des triangles et des bords de travers. Il suffit de faire plusieurs bords de près.

Pour cette exercice, il faut réussir à se concentrer sur les éléments extérieurs au bateau :

  • la direction du vent : c’est le meilleur moyen de déterminer la trajectoire de son bateau. Il est donc essentiel de bien repérer la direction du vent par rapport au plan d’eau avant l’exercice. Pour déterminer la direction du vent sans la girouette il suffit de mettre sa tête de telle manière à que nos deux oreilles soient dans le vent. Lorsqu’elles le sont, cela veut dire que la direction que je pointe est là d’où vient le vent.
  • l’intensité du vent : il est possible à partir du son du vent de déterminer approximativement son intensité.
  • l’effet des vagues sur le bateau : c’est également un bon moyen de repérer la direction du bateau. Il suffit antérieurement de repérer la direction des vagues en fonction du plan d’eau.
  • la résistance dans l’écoute : qui peut dire que la voile n’est pas assez bordée ou qu’elle commence va empannée, etc… attention aux sur certains dériveurs aux coups de bôme dans la tête qui ne pardonnent pas.
  • la résistance à la barre : qui peut annoncer que nous sommes en train de faire abattre le bateau.

Pour les moyens alaise avec cet exercice, Il existe plusieurs moyens de simplifier l’exercice pour ne pas se mettre en danger :

  • Choisir un plan d’eau que l’on connaît bien
  • Écouter des instructions données par son moniteur/entraîneur
  • Pour les équipages, commencer en ne bandant uniquement les yeux du barreur, comme ça l’équipier lui donne les instructions.
  • Pour les solitaires ne pas hésiter à enlever de temps en temps son bandeau pour reprendre ces repères.

>>> À LIRE AUSSI : Prendre un bon départ de régate en 3 points

2 – Naviguer sur un coussin

Cette exercice est lui assez simple à mettre en place et à réaliser. En effet, il suffit ni plus ni moins de naviguer assis sur un coussin.

Le coussin va absorber une partie des chocs et ainsi réduire les effets de la gîte et des vagues sur ton corps. L’intérêt de cette exercice est de te forcer à devoir te concentrer pour ressentir l’effet de la gîte et des vagues. Cela va, sur le long terme, créer des automatismes en affutant tes sens.

Même au trapèze, l’exercice reste efficace. En effet, avec le coussin sous les pieds, les effets de la gîte et des vagues sont également en partie absorbée et tu auras donc moins de sensations.

Bien que ça peut paraître un peu ridicule de l’extérieur, il peut être intéressant de fixer le coussin sur toi, à l’aide d’une corde notamment accrochée le long de ta taille. Et si tu dois faire du trapèze, le mieux serait de fixer le coussin directement au bateau.

3 – Se diriger sans la barre

Pour le troisième exercice je te propose de tenter de te diriger et de manœuvrer avec la barre attachée ou si c’est possible, enlevée.

L’intérêt de cette exercice est de comprendre les effets qu’ont nos mouvements sur le bateau. Il y a également le réglage de la voile à gérer. Cet exercice permet, à partir des sensations, de mieux gérer son placement dans le bateau ainsi que le réglage de la voile.

Voici quelques astuces à bien assimiler pour se diriger avec la barre bloquée :

  • Pour abattre, il faut choquer les voiles et garder le bateau à plat.
  • Pour lofer il faut donc au contraire border les voiles et s’asseoir progressivement du côté opposé à la voile.
  • Dans un empannage le bateau il faut choquer vivement les voiles et s’asseoir du côté de la voile. En mettant du poids du côté de la voile, le bateau va avoir tendance à tourner autour du centre de gravité du poids. Pour le virement de bord c’est simplement l’inverse.

Pour la réalisation de cet exercice il est nécessaire de fixer la barre droite et pas dans le coin. La barre va ainsi prendre le rôle de dérive et n’influera pas sur la direction.

exercices de sensation

4 – Naviguer avec des boules quies

Le quatrième exercice de cette série est assez simple de réalisation et rejoint le principe du second dans lequel il fallait se bander les yeux.

En s’ôtant l’ouïe, tu ne serras plus en mesure d’entendre le vent dans tes oreilles, tu n’entendras également plus la voile lorsqu’elle viendra a faseyer, etc. Cet exercice permet de travailler le regard principalement. Pour combler un sens, notre corps renforce les autres. Ici, en ne pouvant plus entendre, la recherche d’informations par le regard est renforcé et plus précis.

Finalement, cette exercice permet de comprendre l’intérêt du regard et des sensations autres que l’ouïe.

Pour la réalisation, il suffit de tracer un parcours triangle (bouée au vent, bouée travers et redescente). Comme ça, tu auras affaire à toutes les formes de conduites.

>>> À VOIR AUSSI : Dossier de sponsoring pour son projet de voile

exercices de sensation

5 – Pratiquer, pratiquer, pratiquer

Le dernier exercice que je te propose n’en ai pas réellement un. Ce que je souhaite te faire comprendre par là est qu’il n’y a rien de mieux que la pratique pour développer ces sensations, créer des automatismes, des réflexes, des habitudes qui te permettront de mieux anticiper les événements.

Louan, voileux passionné

La régularité des entraînements est importante, puisque les réflexes se créent qu’à partir d’une pratique régulière. S’entraîner une fois par semaine, c’est le minimum.

Si tu as des questions concernant ces exercices n’hésite pas à m’en faire part dans l’espace commentaire (qui est un peu caché) juste en dessous de cet article! Je me ferais un plaisir d’essayer d’y répondre.

En attendant tu peux rejoindre la communauté des voileux passionnés en t’abonnant à la page Facebook du site, ou encore son compte Instagram ou Twitter!

Les autres éditions des “5 exercices pour progresser à la voile” :