La mauvaise mentalité du voileux

La mauvaise mentalité du voileux

octobre 12, 2018 2 Par Louan

Salut le passionné! Après 8 ans d’expérience en régate, j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup de différents caractères. D’abord en solitaire (Optimist) puis en double (RS Feva et en 420). Lors d’une compétition, j’accusais au début les solitaires d’avoir une très mauvaise mentalité. Mais c’est le cas aussi pour les doubles. Cela peut passer de l’invention de fautes aux insultes voir même aux truquages des bateaux à cause de la mauvaise mentalité du voileux (pas tous hein).

Je vais te raconter quelques histoires dans lesquelles j’ai pu rencontrer des joueurs non-fairplay dans mon domaine fétiche qu’est la voile.

Les voileux solitaires sont plus dur que tous?

Eh bien de manière générale, c’est vrai. Pour pouvoir s’imposer sur une régate, certains énergumènes on comme principe d’être le plus menaçant possible. Ont-ils raisons? Oui et non. Comme je le disais au début, j’ai entendu beaucoup de personne insulter une autre en face car suite à un contact par exemple, n’a pas réparé de suite.

J’ai moi même subi pas mal de fois ces personnes qui viennent sur des régates avec “trop” de passion, ou au contraire pas assez. Et je dois te l’avouer, c’est un facteur très démotivant quand tu souhaites faire de la compétition dans de bonnes conditions.

mentalité du voileux

De manière générale, faire trop attention à son matériel n’est pas une bonne chose.

Si tu fais un peu de régate tu dois savoir que le matériel performant à un coût. Un 420 neuf avec mat, safran, dérive peut coûter jusqu’à 9000 euros! C’est pourquoi on y prête une attention toute particulière, et certain y font peut être un peu trop attention.

Pour l’exemple, j’ai participé lorsque j’avais 13 ans à une simple régate départementale à Port Blanc, il y avait des catamarans, des dériveurs et des planchistes. Une fois la régate terminée, je rentre avec mon laser sur une cale assez serrée, sur laquelle se situaient des planches. J’ai tenté une arrivée alors qu’il n’y avait en fait pas assez de place et j’ai ainsi cogné une planche qui a perdu un peu de matière. Le propriétaire de 18 ans se trouvait être un participant du championnat d’Europe et il était très en colère. En bref, il m’a mis une grande pression devant ses parents, son entraîneur et ses amis. Il disait que j’allais payer ça très cher (niveau argent bien entendu), que j’étais clairement dans le pétrin (pour rester correct). Pour te donner la fin de l’histoire, il a vu que j’étais vraiment pas bien et Julien qui était en 420 est venu me soutenir (mercii!) pour qu’au final le jeune adulte décide de me laisser tranquille.

Je pourrais te citer une dizaine d’autres anecdotes pleines d’insultes, de triche et même parfois de violence. Si je te dis tout ça c’est pour que tu comprennes que ce n’est pas nécessaire de s’énerver pour une casse matériel, que le bureau des réclamations est là pour ça et que l’assurance du fautif pourra tout à fait te rembourser le coût des réparations.

Bon, il faut quand même faire attention hein, surtout quand tu navigues pendant 24h… :

mauvaise mentalité du voileux

Un gros contact suite à un refus de tribord lors des 24 heures de la voile 2018.

“Si tu as touché la bouée mais que personne ne t’a vu, ne répare pas !”

Si tu ne fais pas de voile tu pourrais croire que c’est quelque chose de tout à fait injuste! Et pourtant, dans ce cas, je pourrais dire que 90% des voileux ne prendraient pas la peine de réparer. Je vais être sincère, il m’est arrivé moi-même ne pas réparer en pensant que personne ne m’ait vu.

Ce jour-là (c’était sur une interligue en Optimist vers 2011) c’est un concurrent qui était derrière moi qui m’a protesté, avec comme témoin clé : le pointeur! J’ai tenté de me défendre en disant ne pas avoir entendu la protest, mais autant te dire que ça n’a pas défendu le fait que j’avais quand même touché cette bouée! Eh hop, une manche entière qui saute, ça m’a bien démotivé pour les derniers jours de la compétition, et pourtant, c’était entièrement de ma faute!

Dis toi que même si personne ne t’a vu, ce n’est pas un petit 360° qui va te faire perdre une régate. Dis toi que ça se joue sur au moins 3 manches et que tu auras tout à fait le temps de te rattraper.

Le célèbre coup de godille sur la ligne de départ pour “se lancer”.

Le pire dans tout ça, c’est que c’est même nos entraîneurs qui nous apprennent cela : la honte… Pour te remettre dans le contexte : 50 bateaux sur une ligne très serrée, tu n’as pas la possibilité d’abattre pour te lancer, pas la possibilité de relancer avec un coup de gîte. La solution? Le coup de godille bien placé pour partir devant les bateaux et garder un vent frais, et voilà que tu as remporté ta manche.

Cela peut te donner envie mais c’est pourtant ce que je te déconseille le plus de faire. Déjà parce que ce n’est pas fairplay, mais surtout parce que tu risques de te faire attraper par le jury ou par un concurrent à cran sur les règles.

 Ma petite conclusion sur la mauvaise mentalité du voileux, positive, positive, positive!

La voile est réputé pour être un sport noble, dans lequel on se respecte les uns et les autres avec une ambiance sportive et culturelle. C’est principalement vrai mais il existera toujours des exceptions comme dans tous les autres sports. Tu peux améliorer l’ambiance sur tes régates en respectant toi-même ton adversaire et en étant fairplay. Tu verras que ça ne t’apportera que du bon et cela à moindre frais.

N’hésite pas à me raconter ton histoire sur la mauvaise mentalité d’un voileux que tu as rencontré sur une compétition. Je me ferais un plaisir de la lire et d’y répondre!

Tu peux continuer a progresser en bateau à voile grâce à des exercices simples à réaliser, je te laisse découvrir une liste ici! Garde un œil sur l’actualité du site sur la page Facebook!