3 points essentiels pour progresser en dériveur double

3 points essentiels pour progresser en dériveur double

octobre 15, 2018 1 Par Louan

Que doit-on travailler en entraînement pour progresser en dériveur double ? La question pourrait sembler idiote, et pourtant il y a beaucoup à dire dessus et je compte bien vous faire découvrir à toi et à ton équipier des thématiques de travail intéressantes. Que se soit sur un 420, un 29er, ou encore un RS 500, les deux voileux sur le bateau ont beaucoup de choses à travailler pour bien fonctionner ensemble.

Les 3 points essentiels à travailler pour progresser en dériveur double

1 – La synchronisation

En effet, votre entraîneur à déjà du vous dire que les placements lors d’un virement étaient essentiels, ou encore que pour pomper efficacement, il faut que le barreur et l’équipier soit coordonnés.

La synchronisation d’un équipage est plus qu’essentiel pour être efficace lors d’une naviguation:

  • Lors d’un virement à bascule, l’équipier aide le barreur à faire contre-giter le bateau dans le virement, puis viens terminer le virement en aplatissant le bateau avec le barreur. À part si le barreur est deux fois plus lourd que l’équipier, il aura besoin de lui pour réaliser la manœuvre comme il se doit. Dans le petit temps, un virement à bascule bien réalisé permet au bateau de se propulser et d’avancer plus vite qu’avant la manœuvre.
  • Pour le pomping sous spi, la coordination entre le pomping de la grande voile et du spi permet de se propulser beaucoup plus efficacement.
  • Un dernier exemple pour la route en 420, si ton spi est dans la baille au vent mais que tu dois le mettre en place, l’équipier devra le lancer en l’air en avertissant le barreur pour qu’il puisse hisser le spi en même temps pour ne pas le faire tomber dans l’eau. Cela permettra au spi de passer sous le vent du foc et ainsi être à sa bonne place.

Pour travailler la synchronisation, la bonne entente de l’équipage est très important, il faut savoir se donner des consignes sur l’eau, et bien échanger des informations pour rester synchro.

2 – La répartition des rôles

En double, il faut savoir se répartir le travail pour être efficace pour les manœuvres. L’optimisation est un point essentiel pour pouvoir être endurant et efficace.

  • Au près : le barreur doit être continuellement entrain de regarder ces penons de foc et de chute pour optimiser sa trajectoire. Dans le clapot, il prend le temps de regarder les vagues arriver pour optimiser leur passage. Quant à l’équipier, c’est à lui de gérer l’assiette du bateau, regarder les bateaux voisins, les options, etc.. pour que son barreur puisse se concentrer sur ses tâches.
  • Au portant : le barreur est du côté de la voile et l’équipier à l’opposé. Le barreur regarde régulièrement autour de lui et surtout derrière pour prévenir l’arriver des vagues. L’équipier doit fixer l’oreille de son spi (si il y en a un). Dans un empannage, le barreur prend les écoutes de spi et l’équipier fait passer la GV avec le hâle-bas, puis change de côté le foc et le tangon.
  • De manière générale, le répartition des rôles peut se faire en fonction de vos envies, même si des tâches ont été prédéfinis par les constructeurs des bateaux ou par des experts qui doivent s’y connaître un peu plus que nous quand même.

3 – La communication

Réussir à bien naviguer en double c’est être à l’aise avec son équipier, savoir qui doit faire quoi, mais la communication est cent fois plus important que tout le reste. Sans la communication, je peux vous promettre que vous ne progresserez pas en dériveur double.

Voici quelques thématiques que vous pourriez travailler lors de vos entraînements :

  • L’équipier doit faire un “discours” au près. Il annonce les risées, lorsqu’il est tendu au trapèze, ou encore quand il se régule. Il prend son temps pour regarder autour pour surveiller l’arrivée d’un probable bateau. Enfin, il étudie le cadre et les adonnantes probables et rapporte les options au barreur, il est même habituelle d’en discuter avec lui. Mais le barreur ne doit pas le laisser faire un monologue. Il doit y avoir des réponses dynamiques et brèves, une sorte de conversation continuelle.
  • Le barreur cherche à prendre les vagues lorsqu’il est sur une allure favorable pour partir au planning. Il doit continuellement scruter derrière lui et annoncer les vagues qui permettront au bateau de se lancer.
  • Sur les départs il est très important de discuter des options envisageables, en réfléchissant aux critères du parcours (courant, bord adonnant, zone avec plus vent), au côté avantageux de la ligne, etc… c’est ici que la discussion est le plus nécessaire. Je rappelle qu’un départ réussi est synonyme d’une manche réussite !

Il doit aussi prévenir lorsqu’il est tendu au trapèze, lorsqu’il y a une risée ou encore un bateau sur une autre allure pouvant déranger.

progresser-en-dériveur-double

Comment travailler ces différents points?

Chaque mois, je te propose 5 nouveaux exercices pour progresser en dériveur que se soit en solitaire ou en double. Retrouve ces exercices sur l’édition 1 et l’édition 2! Profites-en, c’est 100% gratuit!

Pour t’aider dans tes recherches, je vais quand même te proposer quelques exercices :

  • Pour développer la synchronisation toi et ton équipier pouvez décider de faire des séries de manœuvres, au vent arrière et au près, lorsque ton entraîneur fait un signal visuel ou sonore. Il est important de réaliser des exercices à répétitions, et de les répéter au moins 15 minutes lors d’un entraînement.
  • Pour développer la communication il serait intéressant de régulièrement embarquer un portable qui enregistre vos échanges. Il faut prendre ensuite du temps pour écouter les prises et noter les échanges qui sont important sur le bateau. Il faut optimiser la communication en utilisant des mots clés bref avec des réponses brèves.
  • Pour la répartition des rôles il n’y a presque aucun exercice pour progresser. La pratique et la régularité de vos entraînements sont les uniques moyens de progresser en dériveur double et ainsi mémoriser vos rôles. Je peux quand même vous conseillez d’échanger les rôles 1 ou 2 fois uniquement lors d’un entraînement pour se rendre compte de ce que l’équipier/le barreur doit faire sur le bateau.

Si ce petit article regroupant les 3 points essentiels pour progresser en dériveur double vous à plu, vous pouvez tous les deux le partager sur vos réseaux sociaux! Et n’hésitez pas à vous abonnez à la page Facebook de Passion Voile!